Vue aérienne du champ de blé à Wassandé

A Wassandé dans l’arrondissement de Nyambaka, département de la Vina, la culture du blé revient progressivement dans les habitudes des populations. Dans cette localité qui a abrité autrefois la Sodeblé, le gouvernement promeut la culture de cette céréale auprès des agriculteurs locaux. En juillet 2020, le ministère de l’agriculture et du développement rural à travers son projet national de structuration et d’accompagnement des producteurs et de vulgarisation agricole (PROSAPVA) a procédé à la distribution des intrants à plusieurs agriculteurs. « Ici à Wassandé nous travaillons avec 7 coopératives qui ont bénéficié des semences et des intrants agricoles » soutien Dougdje Mahama, Coordonnateur national du PROSAPVA.

A travers les dons en intrants aux agriculteurs locaux, le gouvernement camerounais veut accélérer la relance de la filière blé et augmenter la production locale. Selon le coordonnateur du PROSAPVA, « Le blé est une des filières import substitution qui impacte gravement au déficit de la balance commerciale du Cameroun. Le gouvernement à travers le Ministère de l’agriculture et du développement rural, voudrait relancer cette filière pour permettre d’augmenter la production locale et alimenter les agro-industries locales pour diminuer progressivement les importations du blé. »

LIRE AUSSI:  Aboubakar Abdoullahi : « la pomme de terre a changé ma vie »
Dougdje Mahama, Coordonnateur national du PROSAPVA dans un champ expérimental à Wassandé
Dougdje Mahama, Coordonnateur national du PROSAPVA.

Sur l’une des parcelles retenues pour l’expérimentation des semences, trois variétés de blé sont étudiées. « Nous avons semé deux variétés de blé tendre : l’IRAD 1 et l’IRAD 2. Nous avons également le blé dur qui est à notre disposition par l’entreprise AFISA pour l’expérimentation. Il est question d’étudier le comportement de chaque variété» explique Guyembe Jules, Chef de poste agricole de Wassandé.

LIRE AUSSI:  Aboubakar Abdoullahi : « la pomme de terre a changé ma vie »

Des agriculteurs de Wassandé séduits

Pour l’instant, les efforts consentis par les pouvoirs publics dans ce processus de relance de la filière blé, suscite l’engouement des producteurs locaux. C’est le cas d’Abba Alim. Membre d’une société coopérative spécialisée dans la culture du maïs, il a décidé d’essayer le blé. « Nous sommes dans une parcelle de 2.5 hectares de blé de variété IRAD 1. Nous envisageons de faire une vingtaine d’hectare l’année prochaine» confit-il.

Selon le site Investiraucameroun.com, « le Cameroun importe pour plus de 150 milliards de francs CFA de blé chaque année. » Avec l’accroissement de la population urbaine, les experts projettent un doublement de la consommation de cette céréale au cours des prochaines années. 

LIRE AUSSI:  Aboubakar Abdoullahi : « la pomme de terre a changé ma vie »

Articles recommandés: Comment la culture de la pomme de terre a changé la vie d’un jeune à Dang