Ils ont perforé l’arrière d’un des bâtiments qui donne directement à l’extérieur de la prison pour fondre dans la nature nuitamment. 3 fugitifs ont été rattrapés.
Dans la matinée du jeudi 8 aout 2019, 22 détenus de la prison principale de Meiganga ont pris la fuite. Ces derniers se sont évadé après avoir creusé un trou sur le mur de la prison vers 2h du matin. « Les détenus ont profité de l’obscurité qui règne dans le chef-lieu du département du Mbéré ces jours-ci pour se tirer. Sous une pluie battante, ils ont pris le soin de percer le mur de la prison pour se retrouver de l’autre côté du pénitencier », relate une source sécuritaire.

« Le mur en question présentait déjà plusieurs anomalies, explique notre source qui précise qu’il est mal construit et s’effrite facilement du fait du mauvais dosage du ciment lors des travaux de réfection et de réhabilitation de l’édifice. L’arrière du bâtiment donne directement à l’extérieur de la prison ». En outre, l’évasion des 22 prisonniers est facilitée par l’existence d’un seul mirador. Celui-ci relève une source, « ne permet pas à la sentinelle de contrôler toute la prison notamment la façade arrière ».
Mis au parfum de l’évasion, une alerte générale est lancée. Les postes de contrôles sont alertés pour identification systématique de tout passants. Quelques heures après, Le nommé Abdoul Aziz tombe dans les mailles du poste mixte de Garoua Boulai. Il est gardé au poste de sécurité publique de Garoua Boulai. Dans la même journée du jeudi, Abdoulaye Halidou est lui aussi interpellé par le dispositif sécuritaire à Meidougou. Le condamné nommé Awalou, alias le gros est interpellé dans la localité de Beka Guiwang par les forces de maintien de l’ordre alors qu’il tentait de quitter le département du Mbéré. Les 19 autres sont activement recherchés. Des patrouilles de la gendarmerie et de la police sillonnent les coins et recoins du département à l’effet de rattraper tous les fugitifs.
Dans la matinée du 8 aout 2019, le préfet du département du Mbéré, Mvogo Marie-Sylyac en compagnie du sous-préfet de Meiganga, des forces de maintien de l’ordre et du maire sont allés s’enquérir de la situation sur le terrain.
Cette évasion survient dans un contexte marqué par des tensions marquées par des soulèvements des détenus dans les prisons camerounaises de Kondengui et de Buea. Les détenus fustigent les conditions de détentions « inhumaines » dans ces centres de détention. Le chef de l’Etat, Paul Biya vient d’instruire un train de mesure à l’effet de désengorger les prisons surpeuplées en vue de mieux règlementer l’univers carcéral au Cameroun.

Laisser un commentaire