Les mbororos en colère

Face à la courbe ascendante des enlèvements avec demandes de rançons,  les populations de l’Adamaoua sont aux abois et plus particulièrement, la communauté Mbororo. « La peur s’est abattue sur nos populations, réduisant la mobilité, paralysant toute forme d’activités et plombe l’économie », peut-on lire dans le rapport produit par MBOSCOUDA. Pour une lutte efficiente et efficace contre cette insécurité, la Mboscuda émet des doléances à l’endroit des autorités. L’association réclame  un détachement militaire dans les localités et campements de bétails ainsi que des interventions urgentes en cas de détresse. Selon les leaders Mbororo, une étroite collaboration dans le renseignement et la lutte contre la pauvreté et l’analphabétisme s’imposent.

LIRE AUSSI:  Paul Atanga Nji : ''nous sommes venus essuyer les larmes des populations de l'Adamaoua''

les jeunes mbororos

Plus spécifiquement, les Mbororos demandent au gouvernement de prendre des mesures dans le domaine de l’éducation, en vue d’une formation des diplômés Mbororos dans les écoles normales. En ce qui concerne la citoyenneté, Mboscuda exige du gouvernement camerounais, la reconnaissance de leurs chefs traditionnels dans les actions de sensibilisation et de concertation au sein de la communauté ; la création des centres d’état civils spéciaux pour les Mbororos, la formation spécifique des jeunes Mbororos sur le service civique national, l’accord d’un quota pour les jeunes Mbororos aux postes électifs. Sur le plan culturel, la Mboscuda s’attend à l’encadrement et la promotion des jeunes artistes Mbororos, la valorisation des savoirs et produits traditionnels Mbororos, la sauvegarde de la culture Mbororos par la création des centres culturels. L’accès à la justice fait également partie des priorités de l’association Mboscuda. Ici, elle exige la formation et le recrutement des jeunes Mbororos dans les métiers de la justice, le recrutement des interprètes Mbororos dans les juridictions à forte densité Mbororos et l’appui aux commissions de résolutions des conflits entre éleveurs et agriculteurs.

LIRE AUSSI:  Yokotondou : Toujours pas de nouvelles du chef du village enlevé

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

code