Les jours de l’insécurité ambiante dans la région de l’Adamaoua sont comptés. La forte détermination du gouvernement à endiguer ce phénomène le présage. En visite de travail commandée personnellement par le chef de l’État, le ministre de l’administration territoriale a présidé ce 04 février dans la salle de conférence des services du gouverneur, une réunion de sécurité restreinte. Ont pris part à cette réunion, les autorités administratives de la région, les forces de défense et de sécurité et le gouverneur de la région de l’extrême Nord, Midjiyawa Bakari, invité spécialement pour partager son expérience dans la gestion de l’affaire Boko Haram.

LIRE AUSSI:  Enlèvement du chef de Yokotondou : l’étau se resserre autour des ravisseurs

Dans ses propos liminaires, le ministre Paul Atanga Nji a rassuré les populations que le chef de l’État est conscient des difficultés qu’elles traversent et a pris des mesures fortes pour les sortir de cette situation d’insécurité. Parlant des objectifs de sa visite, <<nous sommes venus essuyer les larmes des populations de l’Adamaoua. Beaucoup d’entre vous ont payé le prix fort. Le Président Paul Biya m’a envoyé pour qu’ensemble nous trouvons les voies de sortie de cette crise>>, a rassuré le Minat.

LIRE AUSSI:  [Affaire Gouverneur Vs le maire de Belel]: Les internautes se révoltent contre le gouverneur

Dans la soirée, Paul Atanga Nji a présidé une autre réunion de sécurité, cette fois ci, ouverte aux forces vives et aux élites de la région de l’Adamaoua. Dans la salle de conférence du Bois de Mardock, le ministre de l’administration territoriale a longuement échangé avec les élites et les forces vives de la région. Ce mardi, il sera l’hôte des populations de Belel dans la Vina et de Djohong dans le Mbere. Le Minat n’y va pas les mains vides. Un don constitué essentiellement du matériel roulant, du matériel de couchage et des produits alimentaires, seront remis aux comités de vigilance et déplacés et victimes de l’insécurité.

LIRE AUSSI:  Enlèvement du chef du village Yokotondou: Les ravisseurs réclament 50 millions F CFA de rançon

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

code