Paul Biya

L’insécurité a pris de l’ampleur dans la région de l’Adamoua. Au-cours de cette année qui s’achève, 14 accrochages entre les Force de défenses et les preneurs d’otages sont recensé. Au-moins 20 malfrats neutralisés, 150 otages libérés, 58 Armes de guerre récupérés et 6 preneurs d’otages mis aux arrêts. En outre, plus de 500 millions de f CFA ont été versé aux preneurs d’otages en guise de rançon. En somme, la région de l’Adamaoua vient de vivre une fin d’année 2018 difficile. En ce 31 décembre, les populations nourrissaient beaucoup d’espoir par rapport au traditionnel discours du Président Paul Biya. Entre annonce forte et disposition sécuritaire importante, les attentes des populations de l’Adamaoua étaient plurielles. « La situation sécuritaire est désastreuse dans l’Adamaoua. Les populations ont peur pour leur sécurité. Elles ont fui leurs maisons. Qui pour d’autre villages, qui pour les centres urbains où il y’a la sécurité. Je souhaite qu’en 2019, que le chef de l’Etat prenne des dispositions pour éradiquer ce phénomène qui est en train de nous détruire et détruire l’Adamaoua tout entière. » espérait Ibrahim Pacific, habitant de Ngaoundéré avant le discours du chef de l’Etat.

A la surprise générale, le Président de la République n’a mentionné nulle part le problème sécuritaire qui sévit dans le château d’eau. Pourtant dans ce discours, Paul Biya parle abondamment de l’insécurité et comment il compte l’éradiquer.  « La sécurité étant la condition sine qua non de la paix civile et du progrès économique et social, elle devra avoir la priorité » a-t-il fait savoir dans son discours.  L’insécurité qui sévit dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, est celle qui retient l’attention du Président de la République. « La situation étant stabilisée à l’Extrême-Nord et sous contrôle à notre frontière orientale, c’est le contexte qui prévaut dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest qui retiendra l’essentiel de mon attention » a précisé le Président Biya.

LIRE AUSSI:  Yokotondou : Toujours pas de nouvelles du chef du village enlevé

Face à ces propos, une question taraude les esprits des populations la région de l’Adamaoua. Le Président Paul Biya est-il au courant de ce qui se passe chez nous ? Se demandent plus d’un à Ngaoundéré, chef-lieu de la région. « L’homme le plus renseigné du triangle national n’est il pas au courant de ce qui nous arrive ? ou bien ce n’est pas très grave pour lui ce qui nous arrive ? » s’indigne un habitant de Ngaoundéré. « Vraiment pour moi le discours du président montre son attachement à la paix et à l’unité nationale. Mais sur le plan sécuritaire il y a un manquement car nous populations de l’Adamaoua vivons dans la peur et dans l’insécurité qu’l a ignoré dans son traditionnel discours. La sécurité sur toute l’étendue du territoire doit être prise en compte. » a fait savoir pour sa part, Ali, étudiant en droit à l’Université de Ngaoundéré.

LIRE AUSSI:  [Insécurité dans l’Adamaoua]: le commandant de la 3ème région militaire interarmées sur le terrain

Du côté des autorités locales, après l’audition de ce discours, les réactions sont tout naturellement bonnes. « C’est une leçon magistrale qui a été donner par le chef de l’Etat ce soir. Au niveau de la région de l’Adamaoua, nous allons nous employer naturellement à accompagner le chef de l’Etat dans ses efforts » a confié Kildadi Taguieke Boukar, Gouverneur de la région de l’Adamaoua.