Dans la journée du mercredi 9 janvier 2019, les éléments du Bataillon d’Infanterie Motorisé (BIM), de Belel ont lancé un assaut sur un campement d’une bande armée. Après un ratissage dans le village Carrière, situé à une quarantaine de Km de Belel et à 15 km de Mbang-Rey, les soldats du BIM encerclent les hors la loi. Un échange nourris de coups de feu s’en suit. Les éléments du BIM, mettent en déroute les hors la loi. Pris en tenaille, les criminels tentent de prendre la fuite. Peine perdue ! Ils sont rattrapés par les balles des forces de défense camerounaise. Trois preneurs d’otages sont abattus sur le carreau. Selon des sources sécuritaires, ces criminels seraient tous de « nationalité centrafricaine ». « Cette bande armée est responsable des multiples enlèvements dans les zones de Belel, Koudini, Bayara et Mbang-Rey », confie une source sécuritaire. Au cours de l’assaut du BIM, un important matériel de guerre, notamment des armes et plusieurs munitions sont saisi.

LIRE AUSSI:  Lutte contre l'insécurité : Paul Biya ignore les pleures de l'Adamoua
les otages libérés
Hamadou Karlawal et sa fille Hadidjatou, libérés le 09/01/2019

L’opération qui a mis hors d’état de nuire les trois preneurs d’otage a permis de libérer des otages. Aladji Hammadou Karlawal, la cinquantaine révolue, son épouse Mamma Mairamou, ainsi que leur fillette, Hadidjatou, à peine 12 ans recouvrent la liberté. Ces trois personnes issues d’une même famille ont passé 14 jours entre les mains de leurs ravisseurs. « Ces derniers exigeaient le paiement d’une forte somme d’argent pour leur libération », a-t-on appris des sources anonymes. « Les coupeurs de route ont infligé des sévices corporels au père de famille », confie un proche des ex-otages.

LIRE AUSSI:  [Insécurité dans l'Adamaoua]: le chef du village Yokotondou enlevé

Au cours d’un échange avec les hommes de médias de la région mercredi 9 janvier 2018, le gouverneur de l’Adamaoua, Kildadi Boukar a tenu à rassurer les populations de ce que l’état entreprend des actions au quotidien, pour venir à bout du phénomène de kidnapping des personnes contre demande de rançons dans l’Adamaoua

Laisser un commentaire