le djaouro de Bourlé

Hamadicko Nyako, chef du village de Bourlé, dans l’arrondissement de Tignere est libre. Enlevé par des hommes lourdement armée, dans la nuit du 3 au 4 février 2019, dans son domicile, ce chef traditionnel a été libéré. Selon nos sources sur place, « le chef du village est arrivé à Tignere nuitamment. Plus précisément, peu après 3h du matin », a-t-on appris. Toujours selon nos sources, « à son arrivé, sa majesté Hamadicko Nyako était épuisé et mal en point ». Des rumeurs font état de ce qu’une rançon aurait été versée aux ravisseurs par la famille du chef traditionnel pour obtenir sa libération. Pour l’instant, nous ne sommes pas en mesure de confirmer ou d’infirmer cette information.

LIRE AUSSI:  [Insécurité dans l’Adamaoua] Le gouverneur et le maire de Belel à couteaux tirés


A son retour, sa majesté Hamadicko Nyako s’est entretenue avec les éléments de la compagnie de Gendarmerie de Tignere, dans le cadre d’un débriefing. Au moment où nous allions sous presse, sa majesté Hamadicko Nyako était en observation à l’hôpital de Tignere.


Yaouba Issa, commerçant âgé de 32 ans, enlevé le 25 février dernier dans la localité de Paro, arrondissement de Tignere recouvre également sa liberté. Ce dernier a regagné sa famille aux premières heures de la matinée du 1er mars 2019. Au cours de sa captivité, le jeune homme a subi des sévices corporels et des menaces de mort. Avant sa libération, ses ravisseurs l’ont tabassé. Epuisé, ce dernier est évacué à N’Gaoundéré où, il est sous soins intensifs à l’hôpital régional.

LIRE AUSSI:  [Insécurité dans l’Adamaoua] : une personne blessée par balles à Tignere


Le département du Faro et Déo, est devenu l’épicentre du phénomène d’enlèvements de personnes avec demande de rançon. Actuellement, plusieurs personnes sont maintenues en captivité par des preneurs d’otages. Parmi celles-ci, le Djaoro de Mayo Poutcho, Bouba Yero.

Laisser un commentaire