otages

La communauté Mbororo est formelle. La situation sécuritaire est périlleuse dans l’Adamaoua. Dans un rapport remis aux autorités administratives, militaires et traditionnelles de la région, les responsables de l’association pour le développement social et culturel des Mbororos du Cameroun (MBOSCUDA) présentent la situation chaotique dans laquelle est plombé le château d’eau du Cameroun. Selon ce rapport,  311 personnes ont été arrêtées entre 2015 et 2018 dans la région de l’Adamaoua. 29 d’entre elles, ont été libérées grâce à l’intervention des forces de défenses. 212, sont libérées après paiement d’une rançon. 70 personnes sont tuées par les preneurs d’otages et 2.157.400.000 F CFA de rançon payées en  trois ans. En plus de ces enlèvements à répétitions et les rançons exorbitantes payées, le rapport de la Mboscuda évoque 5.000.000 de têtes de bœufs volés. Alors que les autorités locales passent sous silence les chiffres de l’insécurité « pour éviter la panique chez la population », l’association pour le développement social et culturel des Mbororos du Cameroun (MBOSCUDA) n’est pas allée du dos de la cuillère pour « étaler au grand jour la triste réalité, sans langue de bois ». Le rapport obtenu au terme des enquêtes menées sur l’ensemble de la région dévoile des chiffres qui témoignent du chaos qui prévaut dans la région de l’Adamaoua.

LIRE AUSSI:  [Insécurité dans l’Adamaoua]: le chef du village Mayo Poutchou enlevé

Exécutions…

Des billets de francs CFA
Des billets de francs CFA

La situation sécuritaire de l’Adamaoua passée au scanner ressort le profond malaise qui mine cette partie du pays. Dans le département du Mbéré : 85 personnes ont été arrêtées entre 2015 et 2018, 15 personnes libérées grâce à l’intervention des forces de défenses, 50 autres libérées après avoir payé des rançons. En outre, 20 personnes sont tuées par les preneurs d’otages et 598.000.000 F CFA de rançon payées. Dans le département la Vina : 80 personnes ont été arrêtées entre 2015 et 2018, 17 libérées grâce à l’intervention des forces de défenses, 55 libérées par rançon, 20 personnes tuées par les preneurs d’otages et 821.500.000 F CFA de rançon payées. Le Djérem enregistre 76 personnes arrêtées entre 2015 et 2018, 04 libérées grâce à l’intervention des forces de défenses, 55 libérées par rançon, 17 personnes tuées par les preneurs d’otages et 158.300.000 F CFA de rançon payées. Quant au département du Faro et Déo : 70 personnes ont été arrêtées entre 2015 et 2018, 02 libérées grâce à l’intervention des forces de défenses, 52 libérées par rançon, 16 personnes tuées par les preneurs d’otages et 579.600.000 F CFA de rançon payées. Sur les cinq départements que compte cette région, seul le département du Mayo-Banyo est à l’abri du phénomène de prise d’otage avec demande de rançon.

LIRE AUSSI:  Enlèvement du chef de Yokotondou : l’étau se resserre autour des ravisseurs

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

code