Don du Cerac

Où sont passé les dons offerts par Chantal Biya aux femmes de l’arrondissement de Ngan Ha ? C’est la question qui taraude les esprits des populations de Ngan Ha. En effet, en novembre 2015, le cercle des amis du Cameroun a séjourné dans cet arrondissement situé à 60 km de Ngaoundéré. A cette occasion,  les amazones du CERAC, avec à leur tête, Koulsoumi Aladji Epouse Boukar, représentante personnelle de la première dame, Chantal Biya, la présidente-fondatrice du Cerac ; qu’accompagnait, Kildadi Takiegué Boukar, le gouverneur de la région de l’Adamaoua, est allée remettre à environ 300 Gics, associations et coopératives d’importants intrants agricoles. Il s’agit entre autres de 1000 Kg de semences, 1000 Kg d’engrais, des motopompes, des sacs de provende et de tourteaux, 100 pulvérisateurs, 100 brouettes, 4 machines à coudre, 4 égreneuses de maïs et 100 porte-tout. En plus de cela, ces associations et coopératives ont également reçu des denrées alimentaires dont 50 cartons de savons et 50 cartons d’huile. Les dons sensés être distribué aux femmes rurales de l’arrondissement de Ngan-Ha, au nom de la première dame, Chantal Biya ont pris une autre destination, selon plusieurs responsables de GIC. Quatre ans après la visite des femmes du CERAC, les dons ne sont pas encore distribués à tous les bénéficiaires tels que prévu.

LIRE AUSSI:  N’Gaoundéré : Bobbo Salihou modernise le quartier de Hamadou Dawa

Kleptomanie…

Don du Cerac
Des machines à coudre remises par le Cerac

« C’est l’épouse du maire de Ngan Ha qui a tout organisé. Elle n’a impliqué personne », dénonce un militant du Rdpc. « La femme du maire a pris sur elle la décision non seulement de confisquer les dons de la première dame, mais elle les a surtout détournés. Seuls les GIC, associations et coopératives de la localité de Ngangassaou -le village du maire- ont reçu la dotation de Chantal Biya », révèle une présidente d’association féminine. « La femme du maire utilise les sacs d’engrais, les motopompes, dans les champs de son mari. Le couple Nana Missa a réquisitionné les pulvérisateurs ainsi que les brouettes pour les revendre au complexe trading center la  quincaillerie du couple Nana Missa, sis à Bini », a-t-on appris des sources proches de la mise en cause. Certaines associations accusent la dulcinée de Nana Missa  d’avoir « écoulé les machines à coudre, les sacs de provende et de tourteaux sur le marché noir ». Quant aux denrées alimentaires dont 50 cartons de savons et 50 cartons d’huile, les bénéficiaires disent n’avoir vu aucune trace. « Nous avons attendus fatigués. Jusqu’aujourd’hui, nous n’avons rien reçu », fulmine de colère une responsable d’un Gic. Celle-ci « fustige la kleptomanie dont fait preuve la femme du maire ». Pourtant, le Cerac qui fêtait son 20e anniversaire souhaitait à travers cet élan de cœur, manifester sa solidarité, sa convivialité, son amour et son sens de partage à l’endroit de la femme rurale.

LIRE AUSSI:  Ngaoundéré : Le Cerac vole au secours des nécessiteux

Contacté par nos soins, la mise en cause nie en bloc les faits qui lui sont reprochés. « Ce n’est pas moi qui remettait les dons. On a remis les dons aux organismes et chacun a déchargé sa part. Jai reçu les dons de mon organisme. Si ces femmes qui se plaignent sont de mon organisme là cava », a déclaré Ndimou Nana Rose Mairama.

LIRE AUSSI:  N’Gaoundéré : quand l’opération jeudi propre assainie la ville