Restaurant du Paradis

C’est une affaire qui prend une autre tournure avec la virulente vidéo de l’artiste Aboubakar Babadjo. Dans cette vidéo qui fait le buzz sur les réseaux sociaux, l’artiste Aboubakar Babadjo prend la défense de l’encadreur des pèlerins Ahmadou Modibo dans l’affaire qui l’oppose au prédicateur de la ville de Maroua. Alors qu’en début de la vidéo l’artiste essaye d’expliquer le choix du nom du restaurant et d’inviter le prédicateur à s’intéresser aux sujets qui selon lui valent vraiment la peine de s’y attarder, il dérape complètement vers la fin et se laisse aller. Dans un langage empreint d’humour et « d’injures », Aboubakar Babadjo traite le prédicateur Aboubakar Oumar de « mendiant » et l’invite à « attacher le tambour et à venir danser avec lui ». Pour lui, le prédicateur de Maroua est un jaloux et Ahmadou Modibo, un « wali ». Mais le chanteur ne s’arrête pas là. Il continue en sommant à son homonyme prédicateur de ne pas salir le nom des Aboubakar avant de se lancer dans des injures que votre site s’abstient de relater.

En rappel, l’affaire restaurant du Paradis survient à la suite des critiques du prédicateur Cheikh Aboubakar Oumar de Maroua sur le business plan et même la dénomination du restaurant lancé par le PDG de SAMA VOYAGES, Ahmadou Modibo. Le restaurant du Paradis situé à N’Gaoundéré au carrefour Allah Bawdo, est une sorte de resto du cœur dans lequel, les démunis viennent s’inscrire afin de recevoir gratuitement de la nourriture. Le financement du restaurant provient des dons des fidèles musulmans et de la zakat (aumône).

LIRE AUSSI:  [Vina]: le préfet en tournée de prise de contact

Décidément, Aboubakar Babadjo aime faire le Buzz. Alors qu’il vient juste de sortir d’une autre querelle qui l’opposait aux artistes Ahmadou Rasta et Aminatou Ouwale, Aboubakar Babadjo revient au-devant de la scène avec cette autre affaire qui a suscité l’indignation et le courroux des internautes du septentrion. Depuis quelques mois, beaucoup ont du mal à comprendre ses prises des positions et les propos qu’il utilise pour les manifester. Son dernier single en featuring avec Alisquare intitulée « A WAWATAKAM », [tu ne me peux pas – NDLR] vient confirmer cette tendance. La question dont se posent ses plus fidèles fans est : a-t-il vraiment besoin de multiplier les frasques pour faire le buzz ?